Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir. Tout bascule alors...Les adultes sont redevenus sauvages,et les enfants se rassemblent pour survivre.Oubliez tout ce que vous savez...Entrez dans Autre-Monde.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Gabriel Andrew Valentyne °{ Là où le Regret te mène ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Gabriel Andrew Valentyne °{ Là où le Regret te mène ...   Dim 18 Nov - 16:52

Gabriel A. Valentyne

Identité

Nom & Prénom
Valentyne / Gabriel et Andrew
Age
15 ans
Sexe & Orientation
homme / indéterminé.
Groupe
Longs Marcheurs
Altération?
Yes [/] No []
Ce que les autres ne perçoivent pas, toi tu l'entends. ton ouïe est sur-développée tu peux reconnaître un serpent sous dix mètres de sol ou même un cri d'animaux dans une envergure d'un kilomètre. D'ailleurs, tu peux même entendre les conversation des autres alors qu'ils ne sont que des murmures. Ce n'est pas forcément facile de supporter tout ses sons qui traverse ta tête, heureusement il te reste ton casque qui bloque ces bruits parasites. Pourquoi ? Tu ne sais pas mais tu supposes que le don de mère Nature garde une dent contre cette technologie scélérate...  


"Jamais je ne pourrais présenter mes excuses maintenant..."
When this world ends...
Physique

Tu étais bien loin d'être un laideron, pourtant tu t'étais toujours laissé allé. Tu n'étais pas forcément très grand, et tu ne faisais aucun effort pour te grandir. Tu te courbais sans cesse, comme si tu portais toujours quelque chose sur tes larges épaules.Musclé tu l'étais un peu, mais ce qu'on remarquait sur ton corps, c'était des cicatrices par dizaines. Comment étaient-elles arrivées là? Tu n'en parlais jamais, car sur cette peau d'adolescent, il restais les vestiges de ton passage à l'âge adulte. Tu les bandais souvent probablement de peur qu'elle s'ouvre de nouveau. En tout cas, entre ses mains abimés par cette nouvelle vie et ses membres plutôt élancés, l'enfance semblait bien loin derrière toi...

Même son visage avait souffert de ce dur retour à la réalité. Tu avais souvent des cernes marquées sur ce visage ovale. Même tes grands yeux bleus qui tiraient vers le vers l'indigo selon sa luminosité étaient maintenant éteints. Toujours mis-closes , tes paupières étaient protégés par ces deux traits d'or qu'était tes fins sourcils. Mais ses lèvres gercés étaient bien la preuve ultime de ce mal qui te rongeait. Elle ne souriait jamais et les seuls mouvements qu'elle s'autorisait, c'était pour tenter de communiquer avec tes semblables, sans grand succès. Quant à tes cheveux blonds, ils étaient devenus secs et ternis par ce délaissement. Pourtant, tu ne respirait pas totalement le désespoir. Quelque part, au fond de ce regard océan, il y avait quelque chose. Un simple constat que tu étais encore vivant.

Tes vêtements n'avaient non plus rien de très nobles. Avec la tempête, tu n'avais pas garder grand-chose, à part tes survêtements blanc et bleu et un treillis militaire. Tu avais aussi quelques tee-shirts sombres et une paires de rangers, mais rien de plus . Par contre tu gardais toujours avec toi des écouteurs inutilisables dans cette sacoche où résidait un carnet de voyage. Tu y notais tous les espèces que tu rencontrais ou même les nouvelles découvertes que tu pouvais faire. Il te servait aussi d'aide mémoire et de carnet de bord. Comme pour compter les différents bleus qui s'ajoutaient sur cette peau encore pâle, car vivre à l'extérieur des communautés de Pans étaient loin d'être de tout repos...
Psychologie

Ce monde n'est qu'une suite de lois élémentaires que nous les hommes ne pourront jamais totalement saisir, toutefois nous pouvons mimer le Monde avec notre esprit. Voici comment tu avais été élevé, chaque chose avait une raison d'être, chaque mouvement, action, immobilité, tout pouvait être expliqué. C'était pour cela que l'après Tempête te rendait fou. Tu étais quelqu'un qui vivait dans ses habitudes de sédentaires, tu mangeais à heures fixes, tu travaillais tes réflexes pour une de tes passions, la boxe juste après les cours avant de te ruer vers ton ordinateur pour visiter quelques sites afin d'améliorer tes connaissances. Tu étais curieux et tu aimais avoir les réponses à tout, mais quand les règles changeaient du tout au tout, il semblait évident que toi aussi tu avais perdu tes repères.

Déjà que tu n'étais pas quelqu'un de très sociable au naturel, tu te trouvais maintenant obligé de communiquer avec eux en face à face. Alors oui, tu ne les regardais jamais et ta voix sonnait comme si c'était vraiment une plaie de leur parler, d'ailleurs c'était peut-être vrai au fond. En même temps les humains t'avaient toujours fait peur au fond, eux répondaient moins à ces schémas que tu avais créés dans ta tête. Et moins tu les saisissais, plus tu commençais à devenir agressif. Au fond c'était ça ta plus grande faiblesse, tu avais du mal à t'adapter devant de nouvelles situations, c'était pour cela que finalement tu n'avais pas voulu vivre dans une de ces communautés d'enfants. Tu préférais nettement apprendre à te battre contres les nouvelles créatures qu'à t'insérer. Ton corps lui n'avait pas trop de problèmes à réagir rapidement ou efficacement.

Hélas cette langue des fois bien pendud et ce manque de sang-froid t'avaient fait que maintenant tu avais un poids de plus sur ton coeur tiraillé entre la raison et ton instinct. A cause de cette faute, ton seul objectif était de retourner dans ce monde que tu avais toujours connu, là où les machines assistaient les hommes. Tu avais beau n'être qu'un adolescent, tu faisais l'inventaire de tous objets de l'ancien monde et tu tentais de refaire fonctionner ces fabuleux objets. A chaque échec, tu te disais que ce n'était qu'à cause de tes limites de connaissances que cela ne marchait pas. Alors tu continuais sans cesse de te cultiver par tes voyages et les nombreux livres que tu pouvais trouver. Car tu étais vide de l'intérieur Gaby.

Tu as toujours été seul, et ce depuis que tu vivais aux Etats-Unis. C'était pour ça que tu t'étais raccroché à cette logique et ces théorèmes qui ne te servent à rien dans ce nouveau monde. Même si tu savais te battre, même si tu pouvais vivre sans personne, tu n'étais pas heureux loin, de là. En plus d'effacer ces démons qui hantaient tes rêves, tu voulais sans doute reprendre un nouveau départ. Mais ça tu n'étais pas capable de le faire, tu étais devenu encore plus froid maintenant.  Avant tu avais deux vies, celle de l'école où tu étais un glaçon sur patte et celle de la campagne où tu te sentais dans ton élément. Maintenant que tu avais allié les deux, il avait semblé que seules tes mauvaises manies subsistent. Sauf que maintenant tu étais totalement autonome. Peut-être que tu attends que quelqu'un te désillusionne et te détruisent pour que tu arrêtes de courir. Mais tu étais encore loin d'être au bout de ce chemin sombre. Car au fond tu savais que bientôt tu perdrais ton objectif. Et là , il faudrait grandir.    
Histoire
Deux jours avant la tempête

«  Je voudrais que vous mourrez d'atroces souffrances, c'est tout ce que vous méritez ! »

Sur ses mots,  tu étais parti en trombe, descendant les escaliers sans fin de ton immeuble. Tout s'était brisé d'un simple mot, tu avais même préféré abandonner tes habitudes que de rester une seconde de plus dans cet appartement que tu détestais. Tu n'avais pas compris tes parents pour ce changement d'attitude. Ne t'avaient-ils pas dit que vous retourniez enfin là-bas après cette année? Mais non, tout d'un coup ils étaient tombés amoureux de ce foutu pays anglophone et beaucoup trop jeune. Tu n'étais pas américain toi et tu ne le serais sans doute jamais. Car tu étais anglais avant tout, être sur cette terre était comme insulter tes origines profondes. Tu n'avais jamais voulu t'exiler toi...

°+Autrefois

Tu étais né sur cette île non loin de Londres. Tes premières années étaient heureux dans ce pays où était né l’industrialisation. Enfant, tu n'étais pas encore totalement celui que tu étais aujourd'hui. Bon tu n'avais jamais été un grand bavard, même dans ta petite primaire de campagne. Mais au moins tu aimais cette vie simple. Tu avais toujours été curieux de ce monde qui t'entourait et ce fut pour cette raison que tu aimais passer ton temps dans la forêt. Là-bas avec tes grands-parents tu appris beaucoup de choses sur les champignons et les arbres, ainsi que tous les animaux qui habitaient ce lieu sacré. A partir de là, dés que tu sus lire tu empruntas tous les livres sur les milieux boisés dans la bibliothèque familiale. C'était ça d'être issue d'une famille de botanistes. D'ailleurs grâce à ce savoir, tu épatais souvent tes petits camarades. Bon tu n'étais pas aimé de tous à cause de ce manque d'intérêt que tu avais pour les jeux de balle, mais malgré tout tu jouais souvent à chat avec les autres. Aussi tu avais commencé un peu la boxe, c'était l'un des cours les plus exotiques qu'il y avait dans ton petit village. Tu t'amusais encore. Sur ces terres tu pouvais encore sentir que tu n'étais pas seul.

Mais tes parents eurent une offre d'emploi intéressante de l'autre côté de l'Atlantique . Toi tu étais encore trop jeune pour comprendre tout ça, maintenant tu saisissais bien mieux les mécanismes qui poussaient les hommes à se déplacer. Tu avais huit ans quand tu dus quitter le calme de ton petit village pour rejoindre la bruyante New York. Tu n'aimais pas le changement, encore moins quand celui-ci était aussi brutal. Pourquoi on te faisait subir cela ? La réponse, tes parents te les donnèrent avec leur froideur de scientifiques. Ils t'expliquèrent les bénéfices de ce travail et les désavantages aussi. Tout était d'une logique imparable, mais l'humain n'était pas là. Alors tu te fis une raison. Sur cette Terre c'était comme ça que cela marchait. Tout était un programme bien ficelé alors pour ne plus avoir ce genre d'angoisse tu décidas de ne plus penser avec ton cœur, mais plus avec ta tête.

A l'école, cela se passait mal. Déjà taciturne, tu n'échangeais pas un mot à tes camarades. Tu ne connaissais personne et ils étaient si nombreux, c'était loin de ton établissement de campagne. Au collège, cela empira. Et puis tes connaissances ne te permettaient pas de prédire leur réactions. Cela t'angoissait véritablement, tu ne voulais plus jamais qu'on te trouble ainsi. Tu avais ainsi le nez tout le temps dans les bouquins et tu ne répondais même plus aux professeurs. On se demandait même si tu étais muet. Tu usais simplement de ta logique, tu avais un accent anglais prononcé et tu n'avais rien à leur dire. Et surtout tu n'avais aucune existence pour eux, à part ce nom sur la feuille d'appel. Il était plus avantageux de ne rien dire. Tu étais comme ça, ce pays te voulait du mal. Mais vivre reclus de la société était un avantage, tu avais plus de temps pour te cultiver. Et puis tu continuais cependant à faire de la boxe, c'était d'ailleurs la seule activité sociale que tu pratiquais. Ton corps avait aussi besoin de se dépenser pour ne pas rouiller. Mais entre ses immeubles, tu n'étais pas à l'aise. Alors tu recréas ce que tu faisais autrefois dans ce nouveau monde. Tu repris toutes les vieilles habitudes de ton enfance, tu agissais comme une machine rouée à la seconde près. Mais tu ne pouvais pas remplacer les forêts de ton enfance, sauf quand tu retournais en Angleterre de temps à autre pour les vacances. Là-bas tu reprenais un peu ta joie. Mais dans le cas contraire, Internet t'ouvrit ses portes.

Tu avais douze ans quand ce fabuleux outil entra dans ta vie. Au début tu passais ton temps sur des encyclopédies en ligne pour continuer à nourrir ton savoir, puis tu ne sais plus comment tu t'étais retrouvé dans ce forum sur la botanique. On dit que l'ordinateur était une barrière, mais pour toi être face à un écran te rassurait. Ces gens avec qui tu discutais des plantes tropicales n'étaient pas des humains à tes yeux, c'était pour cela que tu n'avais pas de mal à communiquer avec eux. Tu savais très bien que c'était bien artificielle comme théorie, mais tu avais besoin de cela à cette époque de ta vie.  Tu arrivas plus ou moins à créer quelques liens, en même temps tu passais toute ta vie sur ton écran quand tu ne t'entrainais pas. Là-bas tu rencontras Aconit, son pseudonyme, qui disait avoir à peu près ton âge. Elle était le plus proche de ce que l'on pouvait nommer ami. Elle était le stéréotype de l'adolescente de treize ans, chouinant tout le temps de ne pas avoir d'aventures amoureuses et fan de boys-band coréens, avec la passion des fleurs en plus. Tu ne pouvais pas dire que tu t'amusais beaucoup à décoder cette étrange personnalité qu'elle montrait à travers ses messages, et ses sms un peu plus tard. Mais tu l'aimais beaucoup, elle t'envoyait e-mail jusqu'à pas d'heure et elle arrivait pas sa stupidité à te faire oublier un peu que tu détestais ce pays. Car elle aussi vivait là, quelque part en Amérique.

Tu la rencontras après trois mois d'échanges d'e-mails intensifs alors que tu avais treize ans . Elle venait sur New York le temps d'un week-end alors elle t'avait proposé de venir la rencontrer à Time Square. Tu n'étais pas soucieux que ce que tu aurais pu encourir, après tout seul toi connaissait sa tête, vu qu'elle te spammait des photos de sa « vie », donc au pire si cela avait été un mensonge, il y avait du monde en pleine journée et tu pourrais l'ignorer. Cette journée fut sans doute l'une des plus étranges de ta vie. Tu la vis pour de vrai, alors qu'elle était accompagnée par ses parents. Bien entendu tu étais égal à toi-même, aussi muet qu'une tombe, mais elle était heureuse de te voir. Surement parce qu'elle pouvait enfin mettre un visage à son correspondant. Vous discutiez un peu, enfin plutôt elle te parla pendant une trentaine de minutes sous l'oeil inquisiteur de ses parents. Peut-être ne s'attendait-il pas à ce que leur fille aie un ami garçon sorti de nulle part. Tu hochais souvent la tête à ses discours, tu avais même pris la peine de répondre deux ou trois fois avec ta voix d'outre-tombe. Elle vit bien que tu n'étais pas à l'aise, alors elle te donna son numéro de téléphone. Elle savait qu'à distance, tout était plus simple. Elle partit alors, mais pour toi le stress n'était pas encore là. Ton cœur battait encore à la chamade de cette étrange situation. C'était la première fois que tu avais aimé passer un moment avec tes semblables. Alors tu la remercias pour ce simple rendez-vous quelques minutes plus tard avec ton portable. Tu étais cependant heureux qu'elle ne puisse voir à quel point tu étais embarrassé. Après tout, tu n'étais vraiment pas expressif.  

Ta vie sembla s'améliorer un peu. Tu étais un peu plus proche d'elle et le forum te donnait le peu de contacts humains que tu avais besoin. Tu avais de très bonnes notes donc les profs ne cherchaient plus à te faire parler. Et surtout tes parents t'avaient promis qu'à ta quinzième année tu retournerais en Angleterre, le contrat se finissant à cette date en plus que leurs propres parents se faisaient vieux.  Bientôt tu pourrais retourner là où ta vie s'était arrêté. Mais voilà ils avaient changé d'avis , sans argument probant. Cette porte de sortie disparut, mais tu ne sus pas que c'était à jamais...

Jour de la Tempête

Tu étais dans la rue ce liquide métallique s'enfuyant de tes veines. Bien sûr tu aurais dû prévoir qu'en fuguant de chez toi, il y aurait un moment où tu aurais à faire face à des voyous. De toutes les connaissance que tu avais pu accumuler, aucune n'avait pu te rappeler les dangers de passer une nuit dans les rues de New York. Ils étaient trop nombreux, même ton aptitude de combat ne valait rien en zone urbaine, surtout que tu n'étais pas préparé à ce type de duel. Ta conscience commençait à te faire défaut. Tu regrettais un peu ton acte, mais il te semblait difficile de faire marche arrière.

XX jours après de la tempête

Lorsque que tu te réveillas tu fus totalement rafistolé. Des bandages brunis par le sang recouvrait ton corps et une enfant te sourit. Tu ne savais pas du tout ce qu'il s'était passé depuis ton black out, mais elle te mit rapidement au courant de la situation. La Terre n'était plus ce qu'elle était, beaucoup d'adultes étaient morts et ceux qui restaient avaient bien changé. Ils étaient devenus les ennemis des Pans, de ces colonies dont elle faisait partie. Tu écarquillas les yeux, réalisant que tu avais laissé tes parents après avoir souhaité leur mort. Ta vie devenait une tragédie grecque. Tu voulus envoyer un message à ta correspondante, mais le réseau n'était plus. On t'expliqua que la technologie n'était plus utilisable. C'était la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Malgré tes blessures, tu sortis dehors pour te rendre compte de l'évidence. Le monde avait changé. tu ne pourrais plus s'excuser auprès de tes parents, tu ne pourrais plus parler à ton amie. Tu aurais dû écouter d'avantage ces personnes que tu avais côtoyés. Mais surtout, tu venais de perdre tout espoir de  retourner sur ton île natal...

Un mois, c'était ce qu'il avait fallut pour guérir de tes blessures. Pourtant tu participais peu à la vie de la communauté. Tu  préférais écouter que de parler, cela te fatiguais moins. Puis peu à peu les sons changèrent et devinrent de plus en plus profonds, ce fut que quelque temps plus tard que tu réalisas que c'était ton altération. Tu mentis sur ton âge et dés que tu n'avais plus besoin d'assistance, tu partis en tant que Long Marcheur, même si au fond ce n'était pas ta vocation. Tout ce que tu voulais, c'était partir loin de ces gens, de cet univers qui correspondait si mal à ta perception des choses. A partir de cet instant, tu te promis de retrouver le monde d'avant, même si cela ne demanderait du temps. C'était tout ce qui te restait  pour expier ce regret que tu portais maintenant...

Irl
►Votre Pseudo ?: Summery ♥
►Votre âge ?: Non mais de quoi je me mêle ? D8
►Double-compte ?:Nope
►Avez-vous lu le règlement ?: [Auto-Validation]
►Un petit truc à rajouter ?: Nope ♥


Dernière édition par Gabriel A. Valentyne le Sam 23 Fév - 13:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Gabriel Andrew Valentyne °{ Là où le Regret te mène ...   Sam 8 Déc - 11:02

Reeee' Gaby ! Bon, juste pour la forme, je réponds à ton sujet pour te dire que je te "valide" (même si tu es déjà dans le groupe depuis un bon moment XD) tu peux donc dès à présent RP. Petite précision, j'aime bien la relation qu'il avait avec cette amie, la description que tu en fais itout itout. Bon, en fait j'aime toute ta fiche (à part les fautes, mais tu vas te relire et éditer, donc ça va XD). Bref, j'arrête de t'embêter.

Bon RP ♥
Revenir en haut Aller en bas
Doug Carmichael


avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Ile Carmichael

Feuille de personnage
Nom: Carmichael
Prénom: Doug
Groupe: Doug Carmichael
MessageSujet: Re: Gabriel Andrew Valentyne °{ Là où le Regret te mène ...   Sam 8 Déc - 11:45


Présentation validée !
Re-bienvenu, Gabriel !

Bon, t'es déjà validé depuis longtemps, mais osef. Je t'ai déjà tout dit sous Mat', alors voilà XDD Par contre, n'oublie pas de recenser ton avatar dans le bottin.. Je ne te propose pas de faire une demande car C'EST MOI QUI PREND TON PREMIER RP HAHAHAHA /vlam. Je plaisante, tu peux toujours en faire une autre ici. Evidemment, si l'envie t'en prend (et si tu as le temps aussi, haha *sort*), tu peux faire la fiche de Gaby' dans cette partie . Y'a pas encore les top-sites, faut que je le fasses d'ailleuuuurs *part se pendre*

Voilà voilààà, et encore bon RP à toi !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autremondeend.1fr1.net
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Gabriel Andrew Valentyne °{ Là où le Regret te mène ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Gabriel Andrew Valentyne °{ Là où le Regret te mène ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autre-Monde V.3 :: Créer/Gérer son compte :: Présentations validées-