Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir. Tout bascule alors...Les adultes sont redevenus sauvages,et les enfants se rassemblent pour survivre.Oubliez tout ce que vous savez...Entrez dans Autre-Monde.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Luna Hausmay [ Terminé ^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Luna Hausmay [ Terminé ^^]   Dim 22 Déc - 21:40










Carte d'identité

► Nom & Prénom: Hausmay  Luna

► Age: 16 ans et demi

► Sexe & Orientation: Sexe: Fille Orientation: Indéterminée

► Groupe: Kloropanphylles

► Altération:
Yes
► Si oui, décrivez votre altération:
Suite à un besoin de voyager, pour retrouver mes pères, qui paraissait impossible.
Suite à cette impossibilité qui me détruisait et à une forte fièvre, mon corps a développé pour survivre au désespoir une sorte de téléportation, je peux me téléporter sur de nombreux kilomètres mais n'ai pas la force de me téléporter à nouveau, pendant quelques minutes voire quelques jours selon le nombre de kilomètres parcourus ( qui peut se compter en mètres ( 1 à 2 minutes sans pouvoir me retéléporter), en dizaines de kilomètres ( 1 à 2 heures sans pouvoir me retéléporter) et même en centaines de kilomètres, (1 à 2 jours sans pouvoir me retéléporter).) C'est assez ennuyant surtout quand j’atterris dans un endroit dangereux. Car oui je ne contrôle pas mes destinations surtout quand je ne sais pas où aller !
Me téléporter est déclenché par le vœu immense de voyager et de revoir mes pères si bien que je me téléporte un peu au hasard. Cependant, même en connaissant la destination, je n'arrive jamais à atterrir au bon endroit. Je deviens un peu comme un souffle de vent extrêmement rapide en me téléportant mais ce n'est pas douloureux, juste quelques picotements dans les muscles.
Dans la réalité

► Prénom/Pseudo:
Luna, Dreamy, Toru, Lou....j'ai plusieurs surnoms ^^ A vous de choisir
► Age: 25 ans ( née le 03/11/1988)
► Sexe:Fille
► T'as lu le règlement ?:
Vaaalidé by Matty ♥
► Comment tu as connu le forum ?:
Grâce à une coccinelle toute mimi X)
► Comment le trouves-tu ?:
J'aime bien le design et je sens que mon personnage va vivre des galères vu son altération 8D
ça va être fun ( oui je suis sadique avec mon perso XD)
Noooooooooooon, pas du touuuuuuuuuut 8D
Physique

Avant, j'étais une petite fille tout à fait normale, enfin si la normalité existe.
J'avais de beaux cheveux bruns et des yeux de la même couleur. Mes cheveux étaient doux et fins et  poussaient au fur et à mesure que je grandissais. Mes yeux était grands sans l'être trop, ils contenaient cette candeur et espièglerie enfantine. Je n'étais ni trop grande ni trop petite de taille.

Toujours le sourire aux lèvres, tout en mes fins traits reflétaient l'optimisme mais aussi une certaine dignité qui s'est développée avec le temps. Je paraissais frêle et j'étais mince mais mon agilité me permettait d’éviter les coups et de bien frapper en boxe. C'est à quatre ans que j'ai commencé ce sport avec le chant le demandant à chacun de mes papas. Certains disent que j'hésitais entre deux mondes mais il n'existe qu'un seul monde: celui d'hier qui a disparu et celui de demain qui est à construire. Et la petite fille aux cheveux bruns n'existe plus.



A présent une adolescente de seize ans et demi l'a remplacée, toujours fine, toujours agile, toujours mince et de taille à présent légèrement au dessus de la normale et ayant gardé toute sa force physique, cette jeune fille a de longs cheveux verts qu'elle attache avec un élastique. Elle ne sait pas trop comment ça lui est arrivée, le vert a aussi remplacé le brun de ses yeux, mais malgré l'espoir et la dignité restent dans cette voix magnifique et ces yeux verts.

Le temps a changé et à présent on peut lire de la tristesse et de la témérité dans ce regard encore enfantin malgré ses jolies formes de jeune femme. Vert...Comme si une couleur avait pu changer l'univers...vert...Tel le froid de l'hiver et la douceur des algues l'été à la mer. Cette adolescente c'est moi Luna. Dans cette nouvelle vie qui m'ouvre les bras.
Psychologie

Je m'étais entraînée jusqu'à l'épuisement. A présent il fallait rentrer au « Nid » comme on l'appelait. Je tournais le regard vers deux camarades de quatorze  ans et demi se tenant la main. Et moi de qui tomberai-je amoureuse un jour ? Mais ce n'était pas le propos du jour, je devais les retrouver et les soigner et ainsi on vivra de nouveau heureux et ils pourraient nous aider à vivre, ils sont si fort mes pères ! Tout en rêvassant je mis trop de fruits dans la cuvette qui servait de four sur un feu de bois mort. Mais je ne le vis pas et au repas.


« Poua ! C'est trop fort ! La vieille a voulu nous empoissonner ! » cria un gamin.

En larmes, j'allais me cacher derrière une racine de l'immense arbre sacré. Où était ma place, certainement pas chez les Cyniks, je ne voulais pas de mal à ces enfants, mais avais-je encore ma place parmi eux ?

Pour me rassurer je me disais sans cesse qu'ils étaient jeunes et que je devais veiller sur eux et passer leurs caprices. Je le disais aussi à l'arbre sacré qui cependant ne répondait jamais...Le dieu de l'espoir avait-il disparu avec la tempête ?

« Non... L'espoir est toujours là. »

C'était un constat et rien ne pouvait l'ébranler en moi. Je dépliais le papier d'adoption à présent un peu jaune. Je souris :

« Oui L'espoir existe ! »

Je remis le papier dans la poche de mon jean en peaux d'animaux, j'avais assez rapidement appris à surmonter mon dégout de tuer pour manger et je savais chasser. Je n'allais pas pas donner des framboises à ces enfants toute l'année...Je revins à mon coin  où trainait un vieux sac à dos...et y rangeai rapidement une couverture, une petite gourde d'eau en peau de bête, quelques pommes et ma veste.

Soudain une petite voix m'interpella :


« Tu pars ? »

C'était Gily, six et demi ans qui avait comme nous tous des cheveux verts, je l'adorais même si c'était une petite peste qui caftait tout. Il se blottit contre moi :


« Dis c'est vrai que tu vas trahir ? »

Sa voix était pleine d'angoisse...


« Non je ne trahirai pas, je ne vous abandonnerai pas ! »

J'avais dit cela d'une voix dure et fière et cela rassura l'enfant qui s'endormit doucement appuyé sur moi. Ce n'était pas un mensonge je reviendrai à chaque fois …si j'y arrivais ne contrôlant pas les destinations de mes téléportations...mais mes papas...

Je lançais un  doux regard à Gily et lui souris en caressant ses boucles vertes.


«  Ça ira » murmurai-je plus pour moi que pour lui qui dormait confiant.

Je devais y aller...
Histoire - Avant la Tempête

Avant la tempête

J'étais bébé quand maman a quitté papa. Je ne compris pas les cris, je ne compris pas les pleurs.

J'étais trop petite. Comme un bourgeon à peine éclot, j'étais toute fragile. Je ne me souviens de cette époque que des parfums, celui du lait fumant et du chat Mistigri, je ne comprenais pas encore à quel point papa souffrait.

J'étais née à New-York au milieu des buildings, maman était une femme politique et papa un journaliste. Peu après papa quitta le journal où il travaillait.

"Vous comprenez Monsieur Hausmay, une femme d'une telle influence. Cela tuerait le journal"

Il avait pris sa lettre de remerciement avec dignité et était parti la tête haute. Aussi longtemps que je me souvienne, dans ma petite enfance, papa n'a jamais pleuré devant moi. J'ai grandi avec papa qui me couvrait de tendresse et cet amour paternel valait tous les trésors du monde entier. Papa avait un petit ami, bien plus sérieux que mon blagueur de père. Ils n'arrêtaient pas de se disputer pour un rien avant de se réconcilier et de rire ensemble toujours!

Papa avait repris des études d'art du spectacle et son petit ami s'était installé à l'appartement. Papa s'appelait papa et son petit ami Erik. Erik était sérieux quand il travaillait, il écrivait des livres. Papa et lui voulaient mettre ses livres en films.

J'avais deux ans mais ayant l'habitude de voir Erik et papa, la venue d'Erik à la maison me sembla tout a fait normale.

Maman ne m'avait jamais manquée, j'avais deux papas rien que pour moi et ça c'était super. On n'avait pas beaucoup d'argent mais assez pour vivre dignement. A mes trois ans on m'offrit un bracelet.

"Ce Bracelet il est magique Luna ! Grâce à lui on se protégera toujours l'un et l'autre même à distance!"

Aurai-je dû remarquer le regard triste de papa et le crayon qu'avait déposé Erik sans rien écrire ce jour là ? sûrement, mais ce ne fut pas le cas. Je me contentais de regarder le bracelet tout sourire. Le lendemain, on sonnait à la porte.


" Je viens chercher Luna!"

C'était une femme, je ne la reconnus pas.

"Le procès n'est pas encore fini ! Sors d'ici!" cria Erik en se mettant devant moi.

"Ririk c'est qui la dame ?" demandai-je un peu effrayée cachée derrière sa jambe.

La dame gifla Erik.


" Tu m'as volé mon fiancé ! Et voilà que tu me kidnappes ma fille! Saleté!"

Au cri de la dame, Erik avait reculé, c'est la première fois que je le voyais pleurer.

"Dame méchante pas gifler Ririk! Ririk pas nappé Luna! Ririk pas volé Iancé ! Dame méchante!"

Du haut de mes trois ans j'étais vraiment en colère. La femme me lança un regard de mépris et partit. je ne la revis plus jamais.

Mais depuis, Erik avait gardé dans les yeux cette espèce de culpabilité que je ne comprenais pas mais on n'est jamais coupable d'aimer.

Un soir j'avais alors quatre ans, je les entendis se disputer, je me levais, donnai une caresse à Mistigri qui s'étira. Et me dirigeais à petit pas vers le salon. C'était bientôt Noël et dehors tout était glacé...ce qui aurait pu être le pire jour de ma vie se transforma en joie. Les grands se disputaient à propos d'un monsieur "école" et d'une dame "moquerie", à vrai dire je n'y comprenais pas grand chose. Mais quand je montais sur la chaise pour regarder dehors, mes yeux s'agrandirent comme des soucoupes.

"Erik ! Papa ! Le monde est recouvert de bain moussant!"

Les deux adultes me regardèrent avant d'éclater de rire. Il arrêtèrent de se disputer aussitôt. Je sentis la douce main d'Erik sur ma tête.


"On appelle ça de la neige Luna! Tu veux la voir ?"

Neige, ce mot me semblait magique.


"Voui!" criai-je à plein poumons. Papa m'aida à enfiler mon manteau et Erik mes moufles, en revanche j'enfilais seule et fièrement mes chaussures à scratchs.

Je descendais l'escalier de l'immeuble en courant et en riant en cascade comme tinte le cristal.

Une fois dehors je me stoppais, toute cette "Neige" était si belle et si effrayante en même temps. J'avais un peu peur de me perdre dans ce monde nouveau. Mais super papa et super Erik me prirent la main et entre eux deux je me sentis prête à affronter des montagnes.


"On y va princesse ?" demandèrent-ils en même temps.

"VOUI!" criai-je de toutes mes forces avec enthousiasme. Papa et Erik éclatèrent de rire.

Papa s'écria alors:


"Attendez là tous les deux!"

Et il partit en sautillant comme un enfant heureux. Je bougonnais:


"Erik, Papa veut garder le bain moussant pour lui tout seul, c'est pour ça que vous vous disputiez ?"

Erik éclata de rire, un doux rire pas moqueur juste beau. Je le regardais étonnée c'était rare que Erik bien moins extraverti que papa rit à ce point.


" Mais c'est vrai!" m'agaçais-je en tapant du pied.

Soudain Erik me souleva de terre et je câlinais son cou étonnée mais heureuse de cette tendresse. Je sentis Erik trembler, il pleurait je crois. Il demanda la voix noyée de larmes:

"Quoi qu'il arrive Luna tu ne nous en voudras pas n'est-ce-pas ?"

Je câlinais encore plus fort son cou de mes petits bras enfantins et demandais :


"Erik, quelqu'un t'as fait mal ? je vais le taper !"

On resta là ensemble attendant papa puis je murmurais du haut de mes quatre ans:


"Tant que je pourrais rester avec mes deux supers papas ça ira, tu sais..."

C'était la première fois que j'appelais Erik, papa...


"Merci...Je vais bien ne t'inquiète pas...Tout ira bien Luna! On restera ensemble!"

Il me posa à terre après ses paroles et alors que je voyais papa revenir je lui pris la main dans un:


"Viens on va jouer!"

Papa était revenu avec un deux immenses sacs poubelle, Erik le regarda bizarrement:


" Que comptes tu faire avec ces sacs ?" demanda Erik.

"Voyons vous n'avez jamais joué à ça gamin ?" s'intrigua papa.

Je lançais un regard étonné aux deux adultes. Erik haussa les épaules pour répondre que non. Je réfléchis et en arrivai à cette conclusion :
" Je sais ! Papa veut aider Papa Noël et certains enfants voudraient sûrement de la "Neige" pour Noël!"

Mes deux papas éclatèrent de rire en même temps alors que j'avais commencé à aider mon papa pour papa Noël en ramassant dans mes moufles de la neige à terre. Soudain, je reçus une boule de neige sur mon manteau, surprise je me mis à pleurer et papa ne cessait pas de s'excuser. C'est alors que Erik envoya une grosse boule de neige sur papa et celui-ci tomba à terre, d'abord inquiète je ne pus pas m’empêcher d'éclater de rire quand papa et Erik firent de même.


"Tu vois Luna la neige est ton amie ! Tu ne dois pas en avoir peur!" s'exclama papa tout sourire.

"Oui! Neige est mon amie !" dis-je avant de m'allonger au sol.

"Bah...Luna que fais-tu ?" demanda Erik.

Je me levais trempée et penaude du constat suivant:

"Je câline la neige mon amie...mais elle a pas de bras."

Alors que papa s'élançait, sur son sac poubelle en guise de luge, du haut de la colline près de l'immeuble, la banlieue et particulièrement, notre immeuble était juste à coté d'un parc avec une immense colline. Je regardais papa émerveillée avant que celui-ci se ramasse lamentablement au bas de la colline.

" Papa!" criai-je apeurée.

Mais Papa se releva en riant mais trempé lui aussi. Alors qu'il éternuait et que je grelottais, Erik bougonna:

"C'est malin je me retrouve avec deux gamins trempés!"

Mais Erik ne put s'empêcher de se joindre au fou-rire général.

Le lendemain, papa et moi avions attrapé un rhume. Erik s'occupa de nous en grognant des "insensés" sans arrêt mais je savais bien par sa douceur qu'il était inquiet, je n'entendis plus le mot école et ce jusqu'à mes six ans.

Des petites couettes réunissaient mes cheveux bruns. Je portais un uniforme avec un L-H et un blason dessus celui de l'école: Un éléphant. Si j'avais intégré cette école  c'était car Erik commençait à devenir célèbre avec ses livres, d'ailleurs notre mode de vie avait changé, on était passé de notre petit appartement à un plus luxueux l'été dernier, on avait même un balcon où papa cultivait des tomates c'était amusant! Et une cave où papa développait les photos, mais cette pièce je n'avais pas le droit d'y aller.

"Alors on y va ? "criai-je en dansant heureuse.

Je montais dans le bus avec Erik mais ne vit pas papa.

"Pourquoi papa ne vient pas avec nous ?"

"Il nous rejoindra plus tard!" sourit doucement Erik.

Je collais mon visage à la fenêtre dans un soupir.


"Que se passe t'il Luna ?"

Je regardais Erik dans les yeux, ses beaux yeux bleus de papa.

"On fait de moins en moins de choses ensemble ces derniers temps!"

Erik se mit à rire :
"Et bien tu vois je pense qu'il serait mieux pour tout le monde que nous ne formions plus une famille!"

J'appuyais sur le bouton vert qui servait à demander l'arrêt du bus et descendis en courant presque aussitôt. La porte se referma sur un Erik désemparé.

Du haut de mes six ans je courrais déjà vite, je voulais rentrer à la maison mais je ne savais pas où elle était...Je courus jusqu’à l'épuisement puis je sentis des vertiges me prendre et je tombais au sol. La suite ne consistait qu'en un trou obscur mouillé de mes larmes.

Quelques heures plus tard je me réveillais dans une chambre toute blanche. J'avais mal au bras, on y avait mis un machin qui piquait... Je me levais tant bien que mal et écoutais les voix derrière la porte.

"Vous comprenez une enfant ne peut pas vivre dans un tel milieu ! Elle n'a même pas de maman! Ça a dû lui faire un choc pauvre petite!"

J'ouvris la porte tant bien que mal et criais sur le type en blanc:


"Je n'ai pas besoin de maman !"

Je m'accrochais à la jambe d'Erik et lançais un regard à papa en pleurs.

" J'ai mes deux papas !"

Le médecin déconcerté dit en s'accroupissant:


"Luna va te reposer c'est une histoire de grands!"

Je montrais le bracelet à mon poignet :


"Moi j'ai compris la vraie magie!  C'est la magie du bracelet ! C'est la magie de l'amour!"

Un autre médecin, une femme, arriva et m’ébouriffa les cheveux, mes yeux marrons suivirent son geste.


"Christiania tu ne vas pas approuver l'avis d'une enfant ?"

La dame Christiania se retourna vers le vieux médecin le regard sévère :


"Mon grand, on est médecins! On sauve les gens on ne les rend pas malade ! Alors tes idées racistes tu les mets au placard! Ou j'en informerai la direction!"

Blanc comme neige le vieux médecin partit, la dame médecin se retourna vers mes deux papas.

"Erik c'est ça ? Je suis votre fidèle lectrice et le resterai ne gâchez pas votre bonheur pour une question d'argent!"

La dame médecin lança un regard à mon autre papa avant de me montrer du doigt:


"Elle a trop besoin de vous!"

Erik éclata en sanglots et me prit dans mes bras:


"Pardon ma poussine, j'ai failli faire la plus grande bêtise de ma vie!"

"Rentrons à la maison tous ensemble...S'il te plaît..." éclatai-je moi aussi en sanglots.

Papa s'approcha d'Erik et me sourit:


"Ils doivent encore faire des examens, un petit soucis de respiration..."

Je savais que Papa et Erik avaient peur ça se voyait dans ses yeux. Mais moi, je n'avais pas peur. J'étais avec mes deux papas!

Je sortis deux jours plus tard avec une liste de médicaments pour mieux respirer. mucoviscimachin pas bien compris...Mais c'était de la faute à personne. Alors ça me rassurait. Je ne voulais plus jamais voir pleurer mes deux papas!

Une semaine plus tard, j'entrais à l'école, la professeur me présenta à la classe.


" Voici Luna Hausmay, elle a six ans et sera votre nouvelle camarade, des mots à dire à tes camarades, Luna ?"

"Oui je m'appelle Luna et je suis née de l'amour de mes deux papas et j'espère vite devenir votre amie!"

Mais un gamin aux cheveux noirs cria :


"Maîtresse, elle ment c'est pas possible!"

"Je mens pas !" criai-je.

" Luna va t'asseoir!" dit sèchement la professeur.

A la récréation, personne ne voulait jouer avec moi, on m'appelait Luna la menteuse. Mais le garçon aux cheveux noirs s'approcha de moi dans un penaud:

" Papa est mort quand j'étais petit...Alors j'étais juste jaloux mais moi je te crois..."

Je le regardais de mes yeux bruns remplis de larmes et il baissa la tête:


"Je m'appelle Ulrick, dis Luna tu veux bien jouer avec moi ?"

J'essuyais mon petit visage trempé de larmes et acquiesça esquissant un sourire heureux.

Ce fut mon premier ami, papa Erik avait eu pas mal de soucis avec la presse mais ses livres se vendaient toujours bien.

Et on était ensemble. Ulrick me protégeait des quolibets des méchants et j’intégrais vite sa bande. C'était vraiment merveilleux! En plus, j'étais en tête de classe et j'excellais en chant et en boxe!

Papa avait décroché un boulot dans un cinéma, c'est lui qui faisait tourner la pellicule magique à présent. J'avais gardé le bracelet "magique" et du haut de mes huit ans j'étais heureuse si heureuse!

Mais une nouvelle épreuve nous attendait à mes papas et à moi: La disparition de Mistigri.

Mistigri avait toujours était le chat de la maison et même que jusqu’à mes trois ans je voulais me marier avec lui ! Mais ce soir, on eut beau chercher on ne retrouva pas Mistigri.

On le chercha tard pour au final ne rien trouver.

"C'est un chat noir, c'est débrouillard les chats noirs !" s'exclama Erik, mais je le savais aussi abattu que moi, ça se voyait dans les regards de douleurs que se lançaient papa et lui. Cette phrase pour me rassurer ne servait à rien.

D'ailleurs, je ne dis pas un mot m'imaginant les pires horreurs mais le lendemain, j'entendis des " Mi-mi-mi" sous mon lit.

Il s’avéra que Mistigri était en fait Mistigrette et nous avait donnée quatre beaux chatons. C'est là que je me posais la question décisive.

C'était un matin les chatons tétaient leur maman et je tirais la veste de papa pour qu'avec Erik il m'écoute.

" Papa comment on fait les bébés ?"

C'était la question que tout enfant vers sept, huit ans posent, cela n'avait rien à voir avec ma famille ! Papa laissa tomber l'assiette qu'il lavait à terre. Et Erik alla chercher un livre avec des dessins de ronds roses étranges alors que papa parlait de choux et de cigognes se mêlant aux roses.

Ne comprenant rien, je décidais d'y réfléchir par moi-même et d'espionner un peu. Papa et Erik parlaient dans leur chambre.

"Comment lui expliquer ça ? Elle n'est pas mon enfant...Elle a un père toi et une mère !"

La voix d'Erik semblait si triste...

Je poussais légèrement la porte alors que papa embrassait Erik avant de dire:


"C'est ton enfant car elle t'aime!"

"BERK vous vous êtes fait un smack !" éclatai-je de rire avant de sautiller entre mes deux papas sur le lit du haut de mes huit ans.

"Eh petite espionne !" rit papa alors que Erik me souriait doucement.

Alors que le sommeil me gagnait je murmurai:

"J'ai compris comment on fait les bébés c'est en s'aimant si fort qu'on veut un être à faire grandir et vivre!"

Et je m'endormis.

A vrai dire je n'avais rien compris à l'amour en ce temps là, je n'en avait saisi qu'une infime parcelle, la suite viendra bien plus tard à mon entrée au collège à onze ans. C'était un pensionnat, papa et Erik n'avaient cessé de se disputer pour cette raison, et au final ils avaient cédé à mes demandes incessantes.

Depuis ma dernière année de primaire j'étais devenue égoïste, menteuse, même Ulrick ne me reconnaissait plus, pourquoi avais-je honte de mes deux papas ?

Pourquoi ne supportais-je plus les murmures et les rires ? Étais-je devenue orgueilleuse à ce point ?

Quand le taxi vint me chercher je me retournai vers mes deux papas que je ne verrai plus jamais avant les prochaines vacances.

"Un papa et un papa ça peut pas faire d'enfant! On l'a vu à l'école!"

Papa tremblait au bord des larmes et allait s'énerver, de désespoir ? d'incompréhension ? Je ne savais pas...Je n'ai jamais su...

Erik lui posa une main sur l'épaule pour le calmer et je montais dans le taxi détournant le regard. Je ne voulais pas voir leurs larmes, je ne voulais pas les revoir...je voulais être "normale". C'était stupide, l'âge ingrat comme on dit...paraît...ma colère ? Je n'en savais pas la raison mais elle me
protégeait. J'étais en sécurité en leur en voulant, en sécurité face à tous ces regards moqueurs.

Mon téléphone sonna...Ulrick.

Je ne décrochais pas, lui aussi était du passé. A vrai dire, la seule personne que je fuyais c'était moi...Je ne trouvais pas la place car je n'avais pas la force d'assumer la vérité: Mes pères m'aimaient plus que tout et ma mère elle m'avait abandonnée...Des larmes coulèrent sur mes joues encore enfantines.

"All right ? Little girl ?"

J'essuyais mon visage empli de larmes et repris l'air hautain qui m'allait si mal en disant d'une voix faussement assurée:


"Yes, sire."

Le pensionnat apparut et je descendis du taxi. Il avait un peu des airs d'Harry Potter en moins immense. Une vieille dame était à la grille.


"Hello..." bredouillai-je.

Elle me jaugea une instant, prit la carte d'étudiante que je lui tendis, vérifia la photo trois fois puis ouvrit la grille. J'entrais pour ce que je pensais une nouvelle vie et la fin de mes blessures mais cela n'en était que le commencement.

A la classe, je dis que mon père était journaliste et ma mère s'occupait du foyer, la traditionnelle histoire qui est bien vu dans cette école. Je me fis vite des connaissances sympathiques, j'étais belle, j'avais une vie "normale", la vie me souriait-elle enfin ? Mais je n'étais qu'une enfant...une stupide petite capricieuse.

Tout allait changer l'hiver de mes douze ans.

Après une longue journée de cours, la secrétaire m'appela à son bureau. On nous supprimait les téléphones portables pendant les cours et nous les rendait après, le soir, c'était le règlement.

" Appel pour vous Lady!" dit la vieille d'un ton sec.

" Allo ?"

Et je lâchais le combiné pâle comme un linge avant de m'évanouir.

Le lendemain on me permit de rentrer chez moi pour les funérailles, Ulrick ...n'était plus...Il avait été agressé au retour de chez lui par un homme trop saoul, pour se souvenir de son acte et regretter...Il parait que des camarades l'avait entraîné ici, pour "s'amuser" et l'avait enfermé dans une toilette abandonnée, après quelques heures de débats, Ulrick avait réussi à sortir enlevant la chaise et le vieux meuble qui coinçaient la poignée. Épuisé, il était rentré chez lui mais en fait il n'avait jamais revu chez lui. Les camarades  avaient été entendu par la police...

"On voulait s'amuser et puis il faisait de l’œil à notre meilleur ami."

C'est tout ce que je pus lire dans le journal...Alors Ulrick aimait les filles et les garçons ? Ils lui ont fait ça pour ça ? Ces Ces Ces...Une main se posa sur ma chevelure brune en deux tresses.


"I'm sorry..." balbutia doucement Erik.

"Ulrick aimait cette coiffure..." bredouillais en regardant mes chaussures éclatant en sanglots. Je réalisais à ce moment là combien je tenais à mes proches mais pour Ulrick il était trop tard. Je ne sus combien de temps je restais là alors que Erik étouffait mes sanglots de ses bras de père...un de mes deux papas...

Ce père...ou plutôt ces pères, qu'ils avaient toujours été.

Il fait nuit noire quand je m'endormis près d'Erik qui me serrait dans ses bras à m'en étouffer comme si il voulait tuer toute la tristesse qui était en moi...et n'y laisser qu'un rayon de soleil...son sourire paternel, son sourire triste et si beau pourtant...

Il me ramena à la maison sur son dos, je sentis ses forts bras me soulever de terre, comme quand j'étais encore petite enfant, comme avant...mais plus rien ne serait comme avant.

Le lendemain les rayons du soleil éveillèrent mes yeux encore gonflés de larmes.

Erik était à son bureau et regardait un papier longuement.

Je me levais les jambes flageolantes. Il se stoppa et sursauta cachant un papier dans le tiroir du bureau.

"Bonjour Princesse bien dormi ?"

"Où est papa ?" demandai-je un peu inquiète.

"Il est parti faire des courses!" sourit Erik.

Mais ce sourire était faux, pour l'avoir utilisé je le savais bien.

"Tu me caches quoi ?"

Je fronçais les sourcils après ma phrase. Oh que je regrettais le temps où tout paraissait simple. Mais on ne revient pas sur le passé...

Il s'accroupit en face de moi et dit la voix tremblante:


"Je sais que c'est dur pour toi de vivre sans maman...Alors ton papa est allé la chercher!"

J'ouvris des yeux immenses...la voix d'Erik tremblait...

"Je suis sûr que tous les trois vous formerez une famille super !"

Il était au bord des larmes...Tous les trois ? Alors Erik ne restait pas avec nous ? Qu'avais-je fait à mon papa Erik ? Comment avais-je pu faire preuve d'un telle stupidité ?


" NON !" criai-je.

" Sois raisonnable ce sera mieux pour toi!" s'énerva Erik...C'était la première fois que je le voyais s'énerver.

"T'as pas le droit espèce de lâche!" criai-je encore plus fort, et Erik me gifla, c'était la première fois qu'il avait eu un tel geste.

Des larmes coulèrent sur mes joues alors que je me tenais l'une d'elle.

"I...am.. sorry!" bredouillai-je avant de partir en courant comme à mes six ans.

J'avais mal aux poumons mais j'avais mon inhalateur et j'en pris une grande gorgée. Et continuais de courir.

Je revins tard ce soir là. Mais n'osais pas rentrer. Mes deux papas étaient à la maison parlant à un homme en costume sûrement un policier. Je me cachais derrière un buisson d'où on voyait la fenêtre, l'appartement était devenue une maison au fil des années, une maison en face de l'hôpital où je consultais régulièrement pour ma maladie « mucoviscidose » cette maladie chez moi touchait mes poumons,  une maison où la vie avait continué au rythme de nos rires...cette lumière....on aurait dit une étoile...Mais c'était trop tard...Cette étoile ne chaufferait plus pour moi n'est ce pas ? J'avais tout gâché...

Soudain un des bébés de Mistigri me surprit et se frotta contre ma jambe en ronronnant.

Le policier partit et Papa le raccompagna au portail en revenant sur ses pas, il entendit Mistigri junior miauler.


"bah qu'est ce que tu fais là toi ?" sourit-il mais son sourire était si triste...

En ramassant le jeune chat, il entendit mes larmes.

"Luna ?"

Il se précipita derrière le buisson et cria en me secouant vivement:


"On était mort de trouille!"

Je me blottis dans ses bras en larmes.


"Je suis désolée...Je suis tellement désolée envers vous deux...Est ce que j'ai le droit à cette maison chaleureuse encore ?"

Il se leva et me toisa:


"Idiote!"

Mais son air hautain ne resta que quelques secondes et il me tendit la main les larmes aux yeux:


"Rentrons à présent!"

Je pris la main de mon père de sang et alla retrouver mon père de cœur lui aussi ébranlé par cette affaire.

Nous mîmes un an à ne plus hésiter en se parlant, à retrouver l’aisance que nous avions perdu. Maman avait refusé de suivre papa. Elle n'avait pas que ça à faire que s'occuper d'une déglinguée, car pour elle j'étais folle vu le milieu où j'ai grandi.

C'est du moins ce que j'entendis en écoutant à la porte de la chambre de mes deux papas. Oui j'avais gardé cette mauvaise habitude. Mais je voulais comprendre.

Je ne suis pas retournée au pensionnat et fréquentais un collège du quartier. J'avais trouvé une arme contre les moqueries: Gardez la tête haute, ne pas se montrer faible, et se dire que dans cette société stupide, une fois le soir arrivé la chaleur d'une maison m'attendait, la chaleur d'une famille aussi originale soit-elle.

Tout allait bien donc jusqu'à l'été qui précédait mon entrée au lycée à quinze ans.


Histoire - Après la Tempête

La tempête

C'était l'été de mes 15 ans, à New-York , c'était le soir. J'avais passé la journée avec papa Erik et papa Hausmay. Il avait fait un soleil éclatant et un ciel magnifique, j'avais eu des notes qui frôlaient l'excellence ces derniers temps. Alors après mon cours de boxe puis celui de chant le matin, on a décidé d'aller au parc. C'était un très beau parc, la brise rassurante et tiède de l'été faisaient danser les feuilles d'arbres. Le soleil brillait si fort si fort ! Papa Hausmay était allé chercher des glaces alors que d'un bond je m'assis sur le banc en bois non loin de la fontaine qu'on entendait clapoter.

Papa Erik s'assit près de moi. Je le regardais tout sourire.


" Luna j'ai quelque chose à te dire... "

Je le scrutais étonnée. Il sortit un papier de la mairie et dit :


" Lucien et moi avons beaucoup parlé, nous avons décidé de nous marier maintenant que le divorce avec...ta maman... est terminé. "

Je lui souris très enthousiaste, je sautais presque partout comme une enfant que j'étais encore un peu.


"C'est super ! Vous allez enfin avoir moins d'ennuis ! "

Mais mon beau sourire devint cependant vite de l'inquiétude. Papa Erik semblait embarrassé. Je me rassis et posa la main sur la sienne.


" Quelque chose ne va pas Papa Erik ? "

Il sortit une autre feuille et murmura comme honteux :


" Je ne pourrai jamais remplacer ta maman mais tu veux bien devenir officiellement mon enfant ? "

Sous l'émotion je ne pus dire un mot mais je me blottis contre lui en larmes et balbutiais :


" Bien sûr que oui que je veux papa ! Vous valez toutes les mamans du monde ! "

Il m’ébouriffa les cheveux dans un doux sourire, j'étais si heureuse !


" Je vous adore ! " hoquetai-je entre mes larmes.

Papa revint avec des glaces :

" Fraise pour la princesse, noix de coco pour Erik et citron pour moi ! "

Sous le regard joyeux de papa, Erik ne put s'empêcher de dire :


" Citron ? Comment tu peux aimer ça ? C'est trop citronné !"

Et un fou-rire général prit mes papas et moi, ma famille....Ce fut le dernier jour que je passais avec elle.

J'écoutais la dernière chanson à la mode à la radio, soudain...

" Nous interrompons l'émission pour un flash météo, de nombreux perturbations climatiques perturbent le climat de villes qui n'aurait jamais dû en être victime, nous allons interroger le célèbre météorologue Monsieur Ary pour en savoir plus ! "

Je fermais la radio et allais manger, papa Hausmay avait fait des pancakes au sirop d'érable ce soir et papa Erik avait pressé le jus de fruit. Nous allumâmes la télévision.

" Alerte ! Alerte ! Une grosse tempête se dirige jusqu'à New-York ne sortez sans aucun prétexte ! »

Je lançais un regard inquiet à mes pères qui semblaient eux aussi inquiets mais me répondirent seulement par un sourire. Comment faisaient-ils pour sourire malgré leur inquiétude ? Cela me rappela ma position d'enfant et je grimaçais.

Quelques heures plus tard alors qu'entre mes deux papas, je regardais un dessin animé de cow-boy , toute électricité s'éteignit dans la maison et la télévision coupa aussitôt.


" Je vais chercher des bougies ! " sourit Papa Hausmay en se levant qui se voulait rassurant.

Nous attendîmes une bonne trentaine de minute puis on commença à s'inquiéter.

"  Je vais le chercher, il était inquiet pour Mistigri, il a dû sortir sûrement ! "

"Je viens ! " criai-je d'un bond.

Erik se retourna vers moi, il savait que j'étais au bord des larmes, sortir par ce temps ?

Il me mit un papier dans les mains. Celui de ma future adoption que la mairie n'avait plus qu'à signer.


" Je reviens vite ! Attends nous dans ta chambre ! "

Il m'embrassa sur le joue avec un :
" Nous t'aimons petite princesse ! Ne l'oublie jamais !"

Peut-être avait-il pré-senti quelque chose, ou peut-être avait-il simplement peur ? Quoi qu'il en soit j'obéis et me cachais sous les draps de mon lit en larmes tremblante.

Soudain une lumière intense dans la pièce, un brouhaha de tonnerre, un bruit de verre brisé mon cri étouffé et tout s'obscurcit...


"Regarde elle a des cheveux verts comme nous ! "

"On doit l'amener à l'arbre sacré  ! "

"Mais si elle ne se réveillait jamais ? Ça fait deux jours, qu'on veille sur elle, l'arbre va être en colère si on tarde trop! "

"Bah réveille la toi !"

"Attends elle ouvre les yeux !"

Ma vision se fit de moins en moins floue et je bredouillais :
"  Mes papas ?"

" Y a pas d'adulte ici, y a que nous ! Allez viens ! "

C'était un gosse aux cheveux verts hirsutes qui avait parlé. Pas plus de douze ans mais aussi hautain dans la posture que le plus jeune peut-être dix ans qui l'accompagnait. J'eus tout juste le temps de fourrer le papier d'adoption que je tenais fort en main dans ma poche et nous partîmes à travers le froid et les arbres mouillés de neige qui me rappelèrent un souvenir qui s'était perdu dans le vent. A la place de ce qui avait été l'hôpital se trouvait un grand arbre. En fait, il n'y avait plus d'Hôpital mais une forêt luxuriante mystérieuse.

Ce fut un voyage court mais éprouvant car il faisait très froid mais étrangement je n'avais plus mal aux poumons et j'avais constaté dans une flaque d'eau que mes cheveux étaient devenus verts, je ne comprenais pas ce nouveau monde.

Tous les soirs, je m'endormais en serrant le papier d'adoption fort fort contre mon cœur.

Je rencontrais un petit de cinq ans, nommé Gily, cheveux verts lui aussi avec qui je devins amie, c'était moi la « grande sœur » mais il m'apprit tant de choses extraordinaires sur ce monde nouveau : Des créatures effrayantes des être humanoïdes couverts de pustules mais à l'âme des bêtes, et aussi des créatures sur échasses aux yeux lumineux. J'eus du mal à tout croire mais l'hôpital en face de notre maison était un arbre au milieu d'une sorte de  jungle...Alors je finis par le croire.

Mes camarades étaient tous plus jeunes, les plus vieux avait treize ans. Je me demandais comment des enfants pouvaient être aussi endurant dans le travail quotidien. Moi je suivais et aidais tant bien que mal mais ne pensais qu'à ce papier là serré fort dans ma main.

Je savais que mes pères n'étaient pas devenus des monstres, on me parla des Cyniks, des adultes haineux mais bien humains...qui capturaient les enfants et nous détestaient...Pour moi c'était une sorte de maladie des adultes.

Au bout de six mois sous l'arbre, la végétation avait tant poussé qu'il fallut la couper avec ce qu'on trouvait pierres pointues etc, l'arbre était sacré on nommait cet arbre le Nid.

Mais je m'intégrais peu dans la communauté, certains disaient que j'allais finir par les trahir...mais ce n'était pas ça, je ne cessais de prier jour et nuit l'arbre soit disant sacré pour qu'il me permette de rejoindre mes pères. Je voulais me déplacer plus vite et mieux...

Trois mois après mes seize ans  alors que j'étais allée chercher des framboises pour le dessert des autres enfants, j'étais fiévreuse depuis quelques jours alors on ne me donnait que de petites taches, je pensais à mes pères et à cette envie de les retrouver,  je sentis mon corps picoter et me retrouvai quelques mètres plus loin tombée sur un long Marcheur qui passait par là.

Il m'expliqua pour l'altération, j'avais si peur et j'étais si heureuse en même temps mais apparemment j'étais la seule Kloropanphylles à vouloir voyager. Je m'entraînais  cependant en cachette et progressais sur la distance parcourue de jours en jours.

J'avais à présent seize ans et demi, mon voyage pour sauver mes pères approchait au fur et à mesure de mes progrès. Mais me laissera t-on partirent ? Non...On y verrait une trahison, je décidais donc de me téléporter de nuit, ce que je ne savais pas encore c'est que même au bout de deux mois d'entraînement, je ne maîtrisais pas la destination à atteindre.

Une nouvelle vie s'offrait à moi et dans ma poche le papier d'adoption.


Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Luna Hausmay [ Terminé ^^]   Lun 23 Déc - 13:55

BIENVENUE LOUPIOTTE <33

J'ai réussis à tout lire sur mon portable, félicitez-moi xDDD Bref j'adore ton histoire, j'adore Luna elle est juste trop choupi, et surtout j'adore Erik et Lucien hivhlcykctu *^* donc je te fais pas attendre plus longtemps hein, tu es VALIDEE, amuse-toi bien avec Luna ♥♥
Revenir en haut Aller en bas
Doug Carmichael


avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Ile Carmichael

Feuille de personnage
Nom: Carmichael
Prénom: Doug
Groupe: Doug Carmichael
MessageSujet: Re: Luna Hausmay [ Terminé ^^]   Lun 23 Déc - 13:58

Re-bienvenue, Luna

Ta présentation est maintenant validée. Tu peux dès à présent accéder à la zone RP ! Mais avant, n'oublie pas de recenser ton avatar dans le bottin. Si tu n'as pas encore trouver de partenaire RP, tu peux faire ta demande ici et tu peux même faire le suivit de ton personnage dans cette partie ! Aussi, si tu pouvais voter sur les top-sites de temps en temps, cela nous aiderait beaucoup. :3

Voilà voilà, si tu as la moindre question n'hésite pas à contacter le staff, et encore bon RP à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autremondeend.1fr1.net
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Luna Hausmay [ Terminé ^^]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Luna Hausmay [ Terminé ^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kit complet - Luna Macnair [Terminé - Kaëlie Dorkins]
» Présentation de Luna Lovegood [Terminé!]
» Luna Scamander [ACCEPTEE] ~ Auror
» LUNA X GRIFFON FEMELLE 1 - 2 ANS (34) ADOPTEE
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autre-Monde V.3 :: Créer/Gérer son compte :: Présentations validées-